Glenda León, artiste IN de la Biennale de Dak’art 2018.

03 mai · 02 juin Ancien Palace du Justice

L’exposition internationale de la Biennale de Dakar intitulée « Une nouvelle humanité » abritera les œuvres de soixante-quinze (75) artistes de trente-trois (33) pays. Cette nouvelle humanité renvoie au texte de Frantz Fanon, où le psychiatre martiniquais définit l’homme décolonisé comme «un homme nouveau».

Glenda León apporte sa contribution avec son travail “Tiempo perdido II”, une installation qui reflète les moments détruits par l’humanité au travers de ses guerres, ses haines, ses envies ou ses ressentiments, alors que ces instants auraient pu être valorisés grâce  à l’entretien de relations humaines basées sur la reconnaissance, l’acceptation de l’autre et la coexistence harmonieuse avec la nature.

FICHE TECHNIQUE


It has been said, against the desire of pragmatics, the Earth is experimenting a transition. This change implies, among many other matters, an elevation of human vibrations… a higher approach to the spiritual. 

Humankind has wasted so much time in wars, hatreds, envies, resentments… instead of using that time in better and positive ways of constructing human relationships, based in the recognition and acceptance of the other and a harmonious coexistence with Nature. 

Wasted Time is not a wail or regret, but a reminding of the mistakes done at both levels, individually and globally… an instance to begin a new era.

Tiempo perdido II | Wasted time II

Glenda León

2013 

Arena, reloj de arena | Sand, hourglass 

400 cm (D) x 175 cm (h)  

Télécharger le catalogue de L’Espagne à la Biennale Dak’Art18 ici