Cine de Verano

Vous l’attendiez? La voilà. La troisième édition du Cinéma d’été de Culturadakar. Une sélection des meilleurs films espagnols avec des sous-titres en français pour animer les après-midis d’hivernage.

La Section Culturelle de l’Ambassade d’Espagne vous donne rendez-vous tous les lundis soirs des mois d’août et septembre, à 19 heures, dans la salle de cinéma de l’Institut Français Léopold Sédar Senghor.


Programme:


  • 9 août:  INTACTO | Juan Carlos Fresnadillo, 2001 |  Thriller/Fantastique, 108′

Samuel, dirigeant d’un casino et survivant d’un camp de concentration, peut prendre la chance de n’importe qui. Il vole la chance de Federico, survivant d’un tremblement de terre, qui lui jure de se venger. Federico rencontre Tomas, survivant d’un récent accident d’avion, qui semble être la personne idéale pour l’aider. D’un autre côté, Sara, veut découvrir la vérité qui se cache derrière des jeux clandestins qui mêlent la chance et la mort…

  • 16 août: EL OTRO LADO DE LA CAMA | Emilio Martinez Lazaro, 2002 | Comédie, 104′

De nos jours, en Espagne… Paula quitte Pedro, qui va noyer son désespoir auprès de ses meilleurs amis, Javier et Sonia qui se connaissent depuis longtemps et vivent ensemble. Mais Javier est justement le nouvel amoureux de Paula! Sonia, qui est également l’amie de Javier passe une nuit avec Pedro. Mais Javier l’ignore : il est déjà angoissé par le fait que Sonia pourrait le tromper avec… Lucia, une amie lesbienne!

  • 23 août: TESIS | Alejandro Amenábar, 1996 | Thriller, 130′

Angela est étudiante en communication de l’image et prépare une thèse sur la violence audiovisuelle. Son professeur se propose de l’aider à chercher des films violents à la vidéothèque de la faculté. Le lendemain, il est retrouvé mort dans une salle de projection. Terrifiée et intriguée à la fois, elle décide avec l’aide de Chema, un camarade de classe d’en savoir plus et elle glisse sur un terrain dangereux.

  • 30 août : GOYA EN BURDEOS | Carlos Saura, 1999 | Biopic, 102′

Francisco Goya a 82 ans. Il vit en exil à Bordeaux avec Leocadia Zorrilla de Weiss, sa dernière maîtresse. Maintenant, âgé de quatre-vingt-deux ans, il reconstitue les principaux événements de son existence pour sa fille Rosario. Il se souvient de sa jeunesse, pleine d’ambition, à la cour de Charles IV, où se côtoyaient gloire et fortune, intrigues et corruption. Il se remémore également son seul vrai amour, la duchesse d’Albe, une femme qui transforma sa vie.

  • 6 septembre: 7 VÍRGENES | Alberto Rodríguez, 2005 | Drame Social, 86′

C’est le printemps dans un faubourg ouvrier du sud de l’Espagne. Tano, un adolescent pensionnaire d¹un centre de redressement, est libéré quarante-huit heures pour assister au mariage de son frère. Accompagné de son meilleur ami Richi, le jeune homme décide de profiter de ces deux jours pour transgresser les limites, outrepasser les interdits. Au cours de ces deux jours, Tano va vivre un authentique voyage initiatique.

  • 13 septembreREC | Jaume Balagueró et Paco Plaza, 2007 | Horreur, 85′

Angéla est journaliste pour une télévision locale, elle relate le quotidien de ceux qui travaillent la nuit. Ce soir, elle est dans une caserne de pompiers. La nuit est calme, aucune urgence. Jusqu’au coup de fil d’une vieille dame qui réclame de l’aide, coincée dans son appartement alors qu’un incendie s’est déclaré. D’horribles cris ont été entendus dans l’appartement, le reportage devrait enfin sortir de la routine… elle n’imagine pas à quel point!

  • 20 septembre: TIERRA | Julio Médem, 2002 | Drame, 125′

Voici le troisième film de Julio Medem. Dans un paysage lointain situé entre le connu et l’inconnu, Angel doit désinfecter des vignes. Deux femmes très différentes apparaissent dans sa vie. Avec elles, Angel résout son problème de dédoublement de personnalité, mais ce conflit intérieur engendre une autre lutte physique: en effet, le mari de l’une est aussi l’amant de l’autre.

  • 27 septembre: OBABA |  Armendáriz, 2005 | Drame, 100′

Lourdes, une jeune fille de 25 ans, part en voyage vers les territoires d’Obaba, où elle veut tout enregistrer avec sa caméra, elle veut saisir la réalité du présent tel qu’elle est. Cependant, Obaba n’est pas l’endroit que Lourdes avait d’abord imaginé, les gens qui y habitent semblent être bloqués dans le passé. Lourdes essaye de reconstruir le puzzle de leurs vies, mais il reste toujours quelque chose que l’on n’arrive jamais à comprendre.