Dakar vis-à-vis

visavisYoussou N’ Dour parraine le I ‘Dakar Vis-à-Vis’, une rencontre professionnelle organisée par Casa Africa et l’AMS pour rapprocher la musique africaine des scènes espagnoles. Dakar accueillera du 18 au 20 mars, une rencontre avec la collaboration de la SGAE et de l’Institut Cervantes, pour faire connaître de nouveaux talents aux programmateurs espagnols. Le projet commencera par la recherche et le recueil du matériel musical de nouveaux artistes et terminera par une conférence de presse, un festival avec des activités dans des locaux de la capitale et un macro concert le 20 mars sur la Place de l’ Obélisque.

Écoutez l’entretien de Radio Nacional de España a S.E. M. Jorge Toledo, Ambassadeur d’Espagne

[audio:embajador.mp3]

Ce nouveau projet de Casa Africa commence par le contact en Espagne de plusieurs personnes significatives de l’industrie musicale, programmateurs de festivals, managers et discographies, se poursuit avec la recherche, le contact et la digitalisation de la musique d’artistes africains émergents, et continuera, au début du mois de mars, avec la conclusion d’un séminaire, pour que les artistes débutants puissent mieux affronter leur assaut sur le marché international. Postérieurement, dans le courant de la semaine du 18 au 21 du même mois, le programme se clôturera avec la conclusion de l’évènement central, le ‘Dakar Vis-à-Vis’, qui aura son siège principal à la Maison de la Culture Douta Seck.

L’événement comprendra la rencontre professionnelle entre des musiciens et des programmateurs, par le biais de réunions individuelles, ainsi qu’un vaste programme d’activités dans divers locaux de la ville pour que les artistes puissent montrer leur direct. Le programme conclura le 20 avec un macro concert à la Place de l’Obélisque, ouvert au public, et qui comptera sur la participation de quelques unes des principales étoiles de la musique africaine actuelle. Outre les musiciens sénégalais, chaque édition du Dakar Vis-à-Vis aura un pays invité. Dans cette 1ère édition, le pays choisi est le Mali.

Jusqu’à présent, les producteurs et les programmateurs espagnols qui ont confirmé leur intérêt pour assister au festival sont déjà plus de 25, alors que plus d’une centaine de groupes ou d’artistes ont présenté la sollicitude pour montrer leur travail. Pour l’organisation de Dakar Vis-à-Vis, Casa Africa dispose de la collaboration de trois acteurs clef : la Société Générale des Auteurs et Éditeurs d’Espagne (SGAE), l’Association des Métiers de la Musique du Sénégal (AMS), qui collabore à la sélection et à la présentation des artistes, et également l’Institut Cervantes, qui met à la disposition de la rencontre des étudiants d’espagnol sénégalais qui serviront d’interprètes dans les diverses activités.

L’objectif principal de Dakar Vis-à-Vis est de garantir la stabilité de la présence africaine sur le marché espagnol, en proposant un cadre dans lequel les artistes africains puissent transmettre aux producteurs/programmateurs espagnols leurs idées, leurs créations et leurs aspirations. Le programme cherche un développement soutenable du secteur musical africain, tant pour améliorer les conditions avec lesquelles les musiciens effectuent leur travail, comme pour créer une base qui permette de créer des tissus et des réseaux stratégiques qui donneront des résultats à moyen et à long terme.

À court terme, en outre, deux des groupes qui surprendront le plus dans cette première édition de Dakar Vis-à-Vis seront choisis pour faire partie de l’affiche dans les concerts qui auront lieu dans différentes villes d’Espagne, dans le cadre du festival Africa Vive 2010, organisé par Casa Africa durant les mois d’avril et mai prochains.

Avec ce projet, Casa Africa transfère à la musique la philosophie de son programme stratégique récemment inauguré, appelé l’Afrique en Mouvement, et qui consiste à produire des contacts entre des programmateurs et des artistes du secteur de la danse contemporaine et des arts scéniques espagnols et africains. Ce contact direct permet, dans tous les secteurs culturels, de faciliter l’embauche directe et d’éviter l’utilisation d’intermédiaires qui, dans le cas de l’Afrique, passent habituellement par des pays tiers.

En outre, dans le cas de la musique, l’objectif est de régulariser et de rendre habituelle la présence d’artistes africains lors d’événements musicaux espagnols, puisque jusqu’à présent, la présence africaine a été, à beaucoup d’occasions, réduite aux festivals de la dite world music, qui ne produit, pour les artistes africains, que des bénéfices ponctuels et non soutenables.

Plus d’informations et inscriptions:  www.dakarvisavis.net