Ella Poema. Lyrisme et corporéité.

Ella Poema. Lyrisme et corporéité.

Ella Poema. Lyrisme et corporéité.

Femme en contrejour, verse du sable, accroupie, sur le sol de la scène. Elle porte une robe rouge et on ne distingue pas ses traits.

Ella Poema. Lyrisme et corporéité.

L’Ambassade d’Espagne au Sénégal, en collaboration avec Casa Africa, l'Instituto Cervantes de Dakar et l'Institut Espagnol des Arts Scéniques et de la Musique, vous présente, à l'occasion de sa Fête Nationale, le spectacle de danse contemporaine ELLA POEMA- Elle Poème, le prochain 13 octobre à 20h, au Théâtre National Daniel Sorano. Un spectacle hybride de danse et poésie, débuté au Sénégal, et qui revient à Dakar pour son 10ème anniversaire, après son parcours à travers le continent africain, où d’autres créations ont été conçues au long de ces années.
L’Ambassade d’Espagne au Sénégal, en collaboration avec Casa Africa, l'Instituto Cervantes de Dakar et l'Institut Espagnol des Arts Scéniques et de la Musique, vous présente, à l'occasion de sa Fête Nationale, le spectacle de danse contemporaine ELLA POEMA- Elle Poème, le prochain 13 octobre à 20h, au Théâtre National Daniel Sorano. Un spectacle hybride de danse et poésie, débuté au Sénégal, et qui revient à Dakar pour son 10ème anniversaire, après son parcours à travers le continent africain, où d’autres créations ont été conçues au long de ces années.
L’Ambassade d’Espagne au Sénégal, en collaboration avec Casa Africa, l'Instituto Cervantes de Dakar et l'Institut Espagnol des Arts Scéniques et de la Musique, vous présente, à l'occasion de sa Fête Nationale, le spectacle de danse contemporaine ELLA POEMA- Elle Poème, le prochain 13 octobre à 20h, au Théâtre National Daniel Sorano. Un spectacle hybride de danse et poésie, débuté au Sénégal, et qui revient à Dakar pour son 10ème anniversaire, après son parcours à travers le continent africain, où d’autres créations ont été conçues au long de ces années.

Ella Poema est un projet de la compagnie d’Aïda Colmenero Dïaz, chorégraphe, cinéaste et commissaire d’arts scéniques, distribué par Africa moment et né en 2013 au Sénégal. S’inspirant de poèmes écrits par des femmes, la chorégraphe s’allie avec des danseuses africaines et, le temps d’une résidence, elles créent ensemble une pièce qui traduit au langage corporel la force de la parole écrite.

Estelle Foli, interpète de la pièce « Qué importa el abismo ». Présentée au Sorano le 13 octobre.

Ella Poema est, avant tout, un projet multidisciplinaire qui englobe également la photographie, la production de courts métrages et le dialogue. Mais aussi une forme de voyager et de se laisser traverser par les réalités et les traumatismes vécues par les femmes des quinze pays africains que ce projet a connu. Les créatrices d’Ella Poema, une nouvelle génération de femmes qui portent leur propre discours, sont des artistes uniques qui, à partir de leur contexte géographique, culturel et personnel particulier, affrontent des processus créatifs individuels et intimes pour transformer une partition littéraire en langage corporel et audiovisuel. À ce jour, Ella Poema compte 20 courts métrages de danse, 6 pièces de danse contemporaine et des séries photographiques d’une grande beauté et puissance visuelle.

Dans le cadre des célébrations de la Fête Nationale espagnole du 12 octobre, la Section Culturelle de l’Ambassade d’Espagne au Sénégal vise à mettre en lumière la création féminine et africaine déployée dans le travail conjoint des danseuses avec la chorégraphe.

Ainsi, deux pièces du projet seront présentés au Théâtre National Daniel Sorano le 13 octobre à 20h: « Qué importa el abismo », un pièce en solo créée au Togo et qui explore la vie depuis les traces et les cicatrices qu’elle inscrit sur nos corps ; et « 2 de noviembre, el quitador de miedos », duo créée au Sénégal et inspirée des danses traditionnelles sénégalaises, révisitées sous une perspective contemporaine, pour explorer le dialogue entre le divin, le monde des ancêtres et des esprits, et le monde terrestre, habité par la peur. L’accès au spectacle est libre et gratuit.

Image de la pièce « 2 de noviembre, el quitador de miedos », présentée au Sorano le 13 octobre.

Également, pour ceux qui seraient intéressés à connaître davantage toutes les facettes de ce projet multiple, une deuxième journée Ella Poema aura lieu à l’Instituto Cervantes de Dakar le samedi 14 octobre à 19h, qui sera l’occasion de projeter les courts métrages réalisés pendant ces 10 ans de trajectoire africaine, de présenter une restitution de la résidence de formation tenue à la Maison des Cultures Urbaines en octobre et de rencontrer les artistes derrière Ella Poema.

Collage d'images des court métrages du projet Ella Poema
Mosaïque de photogrammes des courts métrages d’Ella Poema.

Vendredi 13 octobre au Théâtre National Daniel Sorano. 20h. Un double spectacle de danse : « Qué importa el abismo » et « 2 de noviembre, quitador de miedos ».
Samedi 14 octobre à l’Instituto Cervantes de Dakar. 19h. Restitution de la résidence de danse qui aura lieu à la MCU de Ouakam, projection de court métrages et dialogue avec les artistes.

Dans la même catégorie

Ébauches à la Frontière Barbare : un regard sensible sur la Langue de Barbarie

Pour la 12ème édition du Partcours, l’Ambassade d’Espagne au Sénégal, avec le centre de Résidences Dëkandoo, l’Instituto Cervantes de Dakar, Casa África et les centres culturels de Bata et Malabo, a présenté l’exposition collective « Ébauches à la Frontière Barbare ». Sous le commisariat d’Angela Rodríguez Perea, les oeuvres d’Eusebio Nsué Nsué, Sandra Julve, Paloma De La Cruz, Massow Ka et Mamy Fall dessinent un pont qui relie la création contemporaine espagnole avec celle du Sénégal et de la Guinée Équatoriale.

Lire la suite »