L’Ambassade d’Espagne et l’Instituto Cervantes au Partcours 2022 avec l’exposition TrashLation

L’Ambassade d’Espagne et l’Instituto Cervantes au Partcours 2022 avec l’exposition TrashLation

L’Ambassade d’Espagne et l’Instituto Cervantes au Partcours 2022 avec l’exposition TrashLation

L’Ambassade d’Espagne et l’Instituto Cervantes au Partcours 2022 avec l’exposition TrashLation

Pour l’onzième édition du festival d’art contemporain Partcours, l’Ambassade d’Espagne au Sénégal et l’Instituto Cervantes de Dakar organisent l’exposition de cette série photographique du collectif ‘basurama’, qui arrive à Dakar le 25 novembre après avoir fait le tour du monde. Le vernissage est prévu le 30 novembre 2022 à 17h30 au jardin de l’Instituto Cervantes.
Pour l’onzième édition du festival d’art contemporain Partcours, l’Ambassade d’Espagne au Sénégal et l’Instituto Cervantes de Dakar organisent l’exposition de cette série photographique du collectif ‘basurama’, qui arrive à Dakar le 25 novembre après avoir fait le tour du monde. Le vernissage est prévu le 30 novembre 2022 à 17h30 au jardin de l’Instituto Cervantes.
Pour l’onzième édition du festival d’art contemporain Partcours, l’Ambassade d’Espagne au Sénégal et l’Instituto Cervantes de Dakar organisent l’exposition de cette série photographique du collectif ‘basurama’, qui arrive à Dakar le 25 novembre après avoir fait le tour du monde. Le vernissage est prévu le 30 novembre 2022 à 17h30 au jardin de l’Instituto Cervantes.

Les passionnés d’art ont un rendez-vous immanquable chaque fin d’année à Dakar depuis maintenant onze ans. Il s’agit du Festival Partcours, la carte oficielle des arts visuels et plastiques, regroupant les principaux centres culturels, musées et galeries d’art de la capitale sénégalaise et sa métropole dans un même événement qui met en amont la richesse artistique qui imprègne les rues de la capitale de la Teranga. Pour la première fois depuis sa création, l’Ambassade d’Espagne prend part de cette célébration de l’art contemporain et accueille, au sein de l’Instituto Cervantes, la série photographique TrashLation, oeuvre conçue par le collectif espagnol basurama, à travers laquelle on nous invite à regarder de près nos déchets, à dialoguer avec ce que l’on dispose et interroger la part de nous qui en ressort de cet échange. Pour développer cette quête identitaire trash, les artistes vont sur le terrain à l’encontre de participateurs prêts à leur prêter le contenu de leurs corbeilles : le temps d’une journée, des habitants de différents quartiers, âges et classes sociales sont invités à garder toutes,- oui, toutes-, les ordures non-organiques qu’ils vont produire. Plus tard, ils devront se poser la question suivante : “dans tout ça, qu’est-ce qui me répresente ?

Photographie de déchets plastiques et non-organiques prise d'un point de vue en plongée sur fond blanc.
Les déchets d’un des participants du projet. Photographie prise par Patricia Esteve.

L’idée derrière cette démarche est de rendre visible ce qui nous relie en tant que collectif, comme citoyens d’un même monde globalisé, au sein de nos sociétés de consommation, malgré les frontières, les différences et les constructions socio-culturelles qui puissent nous diviser. Il s’agit de chercher d’autres manières d’exprimer notre individualité et en démêler, ce faisant, les fils qui tissent nos points communs dans l’écheveau de déchets plastiques qui nous entoure.

Il s’agit de chercher d’autres manières d’exprimer notre individualité et en démêler, ce faisant, les fils qui tissent nos points communs dans l’écheveau de déchets plastiques qui nous entoure.

L’exposition, résultat de la rencontre avec la population dakaroise et ses résidus, ouvre ses portes ce vendredi 25 novembre 2022. Elle sera inaugurée le 30 novembre à 17h30 dans le jardin de l’Instituto Cervantes. À cette occasion, le temps d’un soirée, on est invité a découvrir le langage des ordures, à se laisser questionner par ce qui a été délaissé et se demander ce que nos débris peuvent dire sur nous.

Portrait en premier plan d'un sujet qui regarde la caméra en rabaissant ses lunettes de soleil pour découvrir ses yeux.
Un des participants, Babacar, sourit à la caméra. Photographie prise par Patricia Esteve.

Dans la même catégorie

L’Espagne à la 14 ème Biennale Dak’Art 2022

Vendredi 20 mai, 17h
Exposition collective “Fragments en Boza – Nouvelle Photographie Afroespanole”
Intervention Murale du collectif de Street-art Boa Mistura
Intituto Cervantes de Dakar,125. Av. Cheikh Anta Diop, (station Star, face VDN)

Samedi 21 mai, 17h
Exposition collective Transversia
Musée Boribana, Rue NG-34, Ngor.

Lire la suite »